Le contemporain chaleureux

Dans ce triplex moderniste aux allures de chalet, l’architecte tisse une toile résolument contemporaine, tout en installant un esprit cosy. Un décor sophistiqué, où dialoguent pièces de designers et matériaux rustiques, références traditionnelles et décoration ethno-éclectique. Une réinterprétation du chalet, au sommet du raffinement.

Le panorama imprenable sur les Alpes valaisannes aurait pu être l’atout-phare de cet appartement des années 70. Yvan Prokesch en a décidé autrement, opérant une métamorphose totale des lieux. Un esprit montagne, oui, mais à condition de sublimer la tradition.

A la fois moderne et chaleureux, le design s’appuie sur un contraste entre matériaux rustiques et finitions plus lisses. Le bois de mélèze ancien déploie ses teintes grises dans toutes les pièces, offrant un contre-pouvoir aux matériaux plus brillants. Mais c’est dans la cuisine qu’il s’octroie le premier rôle du scénario architectural : un toit mansardé – symbole de l’esprit montagne – maximise l’espace en majesté. A la fois accueillante et ultra-moderne, cette pièce joue brillamment avec les volumes. Et s’offre, en plus, le luxe d’être fonctionnelle…

Grandiose, authentique, ce home sweet home sait aussi distiller des touches d’audace. Çà et là, des objets d’Afrique et d’Asie ouvrent une fenêtre sur le monde et les arts. A l’instar d’un sublime Bodhisattva, qui dresse un pont entre le Tibet et les Alpes… Un éclectisme renforcé par la personnalité propre de chaque étage. Conviviale pour le niveau principal, cocooning pour celui du haut. A l’étage inférieur, place à un espace intime et enveloppant : l’aménagement architectural a été entièrement repensé pour composer une master suite, véritable écrin de sérénité.

La patte d’Yvan Prokesch s’affirme comme le fil rouge du décor : minimaliste, géométrique, faisant la part belle aux matériaux nobles. Situation géographique oblige, l’architecte a privilégié les matières en lien avec la nature : des peintures minérales – profondes et ondulantes –, des peaux de bêtes et la présence toujours élégante du bois. Mais l’élément central reste la cheminée, haute de plus de trois mètres, qui règne sur le décor. En acier noir et pierre du Sahara, elle symbolise mieux que nul autre cet esprit montagne remasterisé.

Projet réaliser en collaboration avec Sophie Morard architecte à Verbier.