Yvan Prokesch : 

Haute architecture

Maîtrise des volumes, sens inné de l’esthétique et obsession du détail : tel est l’ADN du travail d’Yvan Prokesch. A 38 ans, le plus new-yorkais des architectes romands conjugue un savoir-faire reconnu et une créativité foisonnante. Son terrain de prédilection ? Les intérieurs haut de gamme, qu’il métamorphose avec brio. Abolissant les frontières entre l’architecture, l’art et le design,
Prokesch s’empare des espaces, tout en y insufflant la personnalité du maître des lieux. Pour une parfaite définition de l’archi chic.

Il aime les projets sans demi-mesure, qu’il suit au millimètre près. Perfectionniste et audacieux, adepte du minimalisme et du glamour, Yvan Prokesch incarne à la fois la rigueur helvétique et le flamboiement américain. Une identité toute en contrastes, forgée par un parcours atypique : à 20 ans, son diplôme d’architecte en poche, Yvan Prokesch quitte Genève pour les Etats-Unis. Il y intègre sur concours l’Arizona State University – où il réalise un master d’architecture –, puis la très prestigieuse université de Columbia à New York. En 2000, il obtient son « Master in Advanced Architectural Design » et rejoint le bureau Billinkoff à Manhattan.

Pendant dix ans, Yvan Prokesch met son expertise et son sens esthétique au service des plus exigeants. Transfiguration d’un hôtel particulier en joyau architectural, relecture épurée d’un appartement de Manhattan, aménagement de villas sur les Hamptons : il déploie son talent de designer dans de multiples univers. Son travail impeccable, sa méticulosité incessante et son goût pour le bel artisanat lui permettent de gagner ses galons dans le résidentiel de luxe.

De Art Basel au Salon international du meuble de Milan, en passant par la Foire Internationale d’Art Contemporain de Paris, ce dandy de l’architecture est partout où la quintessence artistique s’expose. Construit au fil des ans, son kaléidoscope d’inspirations regroupe visions fugaces et souvenirs de voyages, ainsi que les travaux de ses modèles : Mies van der Rohe, pour ses « Less is More » et « Gott steckt im Detail », Luis Barragán, pour son modernisme et sa couleur, et Peter Zumthor, pour son incarnation du minimalisme helvétique.

Désormais de retour à Genève, Yvan Prokesch travaille sur des mandats à la mesure de son talent. Après l’aménagement intérieur de 34 appartements dans une résidence haut standing de Chêne-Bougeries, il cosigne le design d’un nouveau projet architectural, avec le célèbre duo zurichois Gigon/Guyer – concepteurs de la Prime Tower à Zurich. Et poursuit en parallèle un chantier new-yorkais…

Les projets, variés, se succèdent, mais le style « Yvan Prokesch » reste unique : contemporain, minimaliste, incluant une touche d’éclectisme et d’extravagance. Sans oublier les finitions d’orfèvre, devenues la signature de ce cador du décor.